Les avant-postes | Théâtre La Lucarne | Ancienne Prison de La Réole

Théâtre La Lucarne | Ancienne Prison de La Réole,
06 66 78 14 80 (Benjamin Yousfi)
direction@lesavant-postes.com

Février 2024

Exposition

Le mot iel est une bombe

Curation Mélanie Pottier

Le pouvoir émancipateur, de consolation et réconciliation des mots.

geoloc
Théâtre La Lucarne

jusqu'au 03 mars

VERNISSAGE Exposition

Dans le cadre de l'exposition "le mot iel est une bombe" du 16 janvier au 3 janviermars

L’exposition se penche sur le pouvoir émancipateur, de consolation et réconciliation des mots. Comment le livre fait de nous des lecteur·ices actif·ves de notre vie. Pour cette exposition LePli invite les habitantes à partager leurs bibliothèques en donnant la liste de leurs livres préférés. Affichés aux murs, ces listes de titres et auteur·es deviennent des autoportraits en livres. 

Ces portraits seront activés lors d’une lecture de Yacine Sif El Islam. 

En écho, l’atelier Youpi, collectif de graphistes engagé·es, expose des créations visuels qui jouent avec des expressions du français courant, l’évolution de la langue et son appropriation par cel·leux qui la pratiquent. Au cours de l’exposition, l’autrice et créatrice Norah Benarrosh-Orsoni qui explore les liens qui unissent poésie et oralité et impliquent les corps dans la parole et dans l’écoute, nous invitera dans un voyage organisé. Le mot iel est une bombe se penche sur la fabulation, ce récit qui permet à nos révoltes intérieures de faire du monde un terrain de jeu où les catégories sont dynamités.

*

Atelier Youpi, Norah Benarrosh-Orsoni, Yacine Sif El Islam sur une idée originale de Mélanie Pottier.

*

Atelier Youpi, Norah Benarrosh-Orsoni, Yacine Sif El Islam sur une idée originale de Mélanie Pottier.

Février 2024

Laurène Marx aux avant-postes!

geoloc
Théâtre La Lucarne

19, 21 et 23 février

Séminaire

Podcast

Laurène Marx s’installe pour quelques jours aux Avant-postes!

Séminaire sur le genre théâtral avec Richard Demy (partenariat FAC + conservatoire) 

Elle inaugure notre podcast enregistré en direct le 21 février à 19H et enfin présente le résultat de son travail avec la classe CPES du Conservatoire de Bordeaux le 23 Février à 19H

Mirlitons (Version Fracas)

Une création de François Chaignaud & Aymeric Hainaux

geoloc
Théâtre La Lucarne

26 et 27 février

Spectacle

Spectacle vivant

Talons contre sol et lèvres contre micro, les deux performeurs s’affrontent, se réconfortent et produisent une poésie à la fois percussive et mélancolique. Le chorégraphe François Chaignaud invente avec Aymeric Hainaux, artiste du human beatbox, un duo puissant comme un rituel intemporel.

François Chaignaud cherche à faire du corps le support d’un art total, aussi bien visuel, chorégraphique que musical, susceptible de se confronter à des danses anciennes comme d’ouvrir des horizons plus spirituels. Friand de collaborations fortes avec d’autres artistes, il s’inspire ici de la pratique d’Aymeric Hainaux qui joue avec un corps sonore. Une performance de sons et de mouvements, irrésistible.

Conception et interprétation François Chaignaud et Aymeric Hainaux Collaboration artistique Sarah Chaumette Costumes Sari Brunel Lumière Marinette Buchy Régie générale Marinette Buchy, Anthony Merlaud Régie son Jean-Louis Waflart, Patrick Faubert Production Mandorle productions Garance Roggero, Jeanne Lefèvre, Emma Forster Agence de diffusion à l’international – APROPIC Line Rousseau, Marion Gauvent

*

Hors les murs : Partenariat VILLA VALMONT

Mars 2024

ciné-club

Riot Grrrlz dans le cadre du WOW festival!

+ Dj set de Mélanie Lennox (La Bordelle)

*

En collaboration  avec Cinemarges, Bordeaux Rock et La Bordelle

geoloc
Théâtre La Lucarne

le 05 Mars à 20h

-

Documentaire The Punk Singer

De Sini Anderson / États-Unis / 2013 / Vostfr

Projection

Kathleen Hanna, leader des groupes punk Bikini Kill et Le Tigre, est la voix du mouvement riot grrrl et l’une des plus célèbres icônes féministes. À travers 20 ans d’images d’archives et d’interviews, dans un fascinant voyage musical, ce documentaire nous offre une incursion inédite dans la vie de cette leadeuse intrépide qui a flirté avec le mouvement punk et surfé sur la troisième vague du féminisme.

La réalisatrice, Sini Anderson, se revendique d’un mouvement féministe punk, queer, inclusif et DIY. Comme Kathleen Hanna, elle est atteinte de la maladie de Lyme.

ciné-club

La fête du court!

Sélection de courts métrages 

+ Invitation à Lila Pinell, réalisatrice de Le roi David

+ carte blanche à Isabelle Solas

*

Court en collaboration avec Alca

geoloc
Théâtre La Lucarne

le 19 Mars à 20h

Hanna, une conférence

Une création de Sandrine Hutinet

geoloc
Théâtre La Lucarne

du 21 au 23 mars

Théâtre

Un jour, par hasard, Hannah pend de l’ecstasy et plonge dans un univers qu’elle ne pouvait même pas imaginer en rêve. D’un seul coup elle se sent envahie d’une chaleur nouvelle et peut enfin communiquer son amour à sa famille.

Hannah souhaitant partager cette expérience avec le maximum de personnes met en place des conférences sur le sujet en s’appuyant sur la philosophie de Sénèque et sur des données scientifiques. Ce texte performatif, où toute parole énoncée devient action, trouve sa singularité dans une écriture qui amène la comédienne, Bénédicte Simon à passer sans arrêt d’un niveau de je(u) à un autre, à switcher d’un état à un autre. De flash-backs en flash-backs on assiste à une sorte d’effeuillage de la personnalité d’Hanna, une spirale troublante où le vrai/le faux , la fiction/la réalité, le théâtre/la performance se mêlent dans une forme hybride pour amplifier le réel. Qu’est ce que la vérité ?
À l’heure des récits auto-socio-biographiques plus ou moins fictionnels, ce texte écrit en 2004 n’a pas perdu de sa vigueur. Hannah, une conférence c’est surtout l’histoire d’une femme, qu’on pourrait aussi appeler Nora, qui se révèle dans sa solitude, son manque d’amour et de perspectives, dans ses peurs et ses interrogations sur le monde. Hannah, libérée le temps d’une conférence des jougs de la société, laisse surgir une parole sans tabou, un gouffre opaque qui dévoile alors toute la complexité d’une femme confrontée à des systèmes d’oppressions et qui l’empêchent de trouver sa place.
La fin de la pièce, après la plongée dans les méandres sinueux d’une âme en souffrance , amène vers une douceur, une vision réparatrice qui interroge tout un.e chacun.e sur les priorités qu’iel souhaite donner à sa vie, ses capacités de résilience, et d’engagement pour un monde meilleur.

*

Compagnie Le meilleur des mondes avec Bénédicte Simon